L'Anjou Agricole 09 mai 2016 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Bruxelles exclut la viande bovine et l’éthanol de l’offre au Mercosur

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Confrontée aux critiques de nombreux États membres, de députés européens et des organisations professionnelles, la Commission européenne a décidé le 4 mai de sortir la viande bovine et l’éthanol de la liste des produits sensibles inclus à l’origine dans l’offre initiale d’accès au marché de l’UE qu’elle doit présenter sous peu au Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) pour la négociation d’un accord de libre-échange. L’échange d’offres révisées entre les deux parties est prévu le 11 mai. Bruxelles envisageait des contingents d’importation tarifaires de 78 000 tonnes pour la viande bovine (sans hormones), dont 39 000 tonnes équivalent carcasse de viande fraîche et de haute qualité, et de 600 000 hl pour l’éthanol, dont la moitié pour des usages industriels.

"Une étape importante franchie"

L'interprofession française du bétail et des viandes a salué, le 6 mai, la décision de la Commission européenne d'exclure la viande bovine de la liste des produits sensibles dans le cadre des négociations commerciales avec le Mercosur : « C'est une étape importante qui vient d'être franchie ». La veille, Patrick Kent, président de l'ICSA (interprofession irlandaise des éleveurs), s'est dit « optimiste » : « La Commission européenne va écouter les opposants au sacrifice de la viande bovine dans les discussions avec le Mercosur. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui