L'Anjou Agricole 29 juin 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Budget MSA : le nouveau conseil d'administration se prépare à d'âpres négociations

Un mois après leurs nominations le 28 mai dernier, le nouveau président de la Caisse centrale de MSA, Pascal Cormery, agriculteur en Touraine, et son premier vice-président, Thierry Manten, salarié du Crédit agricole dans la Somme, ont présenté les grandes orientations de leur mandat, le 26 juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le siège de la MSA de Maine-et-LOire à Beaucouzé.
Le siège de la MSA de Maine-et-LOire à Beaucouzé. - © MSA 49

Dans la lignée de la politique menée par le précédent conseil d'administration, les objectifs des 5 prochaines années consistent en l'accompagnement des employeurs de main d'oeuvre, le maintien de la spécificité du système MSA avec un réseau de délégués de terrain et surtout, le besoin de se développer « comme toute entreprise » a indiqué Pascal Cormery.


Premier grand rendez-vous : la négociation en septembre de la convention d'objectifs et de gestion (COG) avec les ministères de tutelle (Agriculture, Santé et Finances).
La CCMSA, consciente des coups de ciseaux budgétaires envisagés s'attend à d'âpres négociations, avec un gouvernement qui devrait tabler sur 2 500 à 3 000 suppressions de postes tandis que la MSA défendra un maintien des effectifs. « On devrait tomber sur un accord, vers la fin décembre, à 1 000 – 1 200 suppressions de postes » prévoit Michel Brault, directeur général. La précédente COG, qui prévoyait 1 200 départs non remplacés, avait été revue à mi-parcours, avec un réajustement des suppressions de postes à 1450. « Aujourd'hui, a indiqué Michel Brault, seuls 30 % des départs à la retraites sont remplacés ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui