L'Anjou Agricole 28 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Calamités agricoles : 76 communes proposées au classement

Le comité départemental d’expertise s’est réuni le 22 juillet. Les pertes sont estimées à près de 4 millions d’euros.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dès le 6 juin, la FDSEA et la Chambre d’agriculture avaient écrit à Mme le Préfet pour demander la reconnaissance calamités agricoles (ici des prés bas à Briollay après la décrue)
Dès le 6 juin, la FDSEA et la Chambre d’agriculture avaient écrit à Mme le Préfet pour demander la reconnaissance calamités agricoles (ici des prés bas à Briollay après la décrue) - © FDSEA

Le comité départemental d’expertise s’est réuni, suite aux inondations, sous la présidence de Pierre Bessin, directeur de la DDT. L’objectif était de valider le dossier du Maine-et-Loire afin de le présenter à la commission nationale. Un état des lieux a tout d’abord été développé, avec 14 000 ha de terres agricoles inondés début juin. « Ce n’est pas tant la hauteur de crue qui a été exceptionnelle mais la période puisqu’il n’y avait pas eu de crue à cette saison depuis 1977. Certaines exploitations auront du mal à s’en relever » témoigne ­Jean-Paul Piet qui représentait la FDSEA.
Après la mission d’enquête terrain du 29 juin, puis au vu des éléments techniques (données météo, hauteurs d’eau, pertes de rendement…) et des remontées des communes, une liste de 76 communes a été proposée au classement. Le dossier du Maine-et-Loire sera présenté en commission nationale calamités à la rentrée de septembre. Si le dossier est accepté, le dépôt des formulaires ne se fera pas avant l’automne et pour être éligible, le taux de perte devra représenter 13 % du produit brut de l’exploitation.

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 29 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.