L'Anjou Agricole 17 novembre 2016 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Captage du Louroux-Béconnais : la qualité de l'eau nettement améliorée

Un contrat de veille a été signé jeudi 17 novembre à la mairie du Louroux-Béconnais, entre la mairie du Louroux-Béconnais, l'Agence de l'eau Loire-Bretagne et la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Bourcier, maire du Louroux-Béconnais  ; Marine Ruaux, directrice adjointe de la Délégation Maine Loire Océan de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne ; François Beaupère, président de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire.
Michel Bourcier, maire du Louroux-Béconnais ; Marine Ruaux, directrice adjointe de la Délégation Maine Loire Océan de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne ; François Beaupère, président de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire. - © AA

L'objectif de ce contrat sur 3 ans (2017-2019) : maintenir la qualité de l'eau du captage prioritaire des Chaponneaux sur la commune du Louroux-Béconnais.

Depuis la mise en oeuvre de programme d'actions qui portait sur la limitation de l'apport de produits phytos dans le périmètre de captage, la concentration en molécules, notamment l'atrazine, est descendue sous le seuil de 0,1 microgramme/litre d'eau (seuil de potabilité).

Davantage de prairies, moins de traitements herbicides

Des résultats encourageants obtenus grâce à une mobilisation de la collectivité territoriale, des particuliers et des agriculteurs. Ces derniers ont fait évoluer leurs pratiques en convertissant des parcelles de cultures en prairies dans le périmètre du captage et en réduisant l'indice de fréquence de traitement herbicide. " Il est essentiel que cette évolution s'enracine désormais chez les agriculteurs en place, mais aussi que l'on sensibilise les repreneurs à un maintien des efforts pour la qualité de l'eau", a souligné François Beaupère, président de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire.

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 25 novembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.