L'Anjou Agricole 06 décembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Céréales : la filière CRC pousse sa certification environnementale

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le GIE CRC (Culture raisonnée contrôlée), qui porte la marque Le blé de nos campagnes, a étrenné, le 5 décembre en assemblée générale, sa certification environnementale de niveau 2. Selon un arrêté du 27 octobre, la démarche CRC est reconnue comme équivalente aux exigences du référentiel de la certification environnementale de niveau 2 pour la production de blé tendre, blé dur et seigle. « La filière CRC a pensé Environnement dès les années 90 » en termes de biodiversité, phytos, irrigation, a rappelé la directrice Fouzia Smouhi. « C’était le moment » d’obtenir la reconnaissance HVE (Haute valeur environnementale) «pour booster encore plus les exploitations vers une démarche globale ».

Agromousquetaires a affirmé, lors de l’AG, son souhait de bâtir une filière blé certifiée HVE. Le pôle agroalimentaire des Mousquetaires poursuit l’objectif de réduire les intrants, favoriser la biodiversité, garantir la santé du consommateur, a expliqué Franck Aubry, responsable Qualité et développement durable.

Depuis son adhésion au GIE CRC il y a un an, quatre produits de boulangerie ont ainsi été lancés sous marque Le blé de nos campagnes. L’ambition d’Agromousquetaires est maintenant de « recruter des agriculteurs », en travaillant avec les coopératives, pour certifier HVE (niveau 3) la production de blé « dès 2018, voire 2019 » et lancer dans la foulée un premier pain avec le logo.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui