L'Anjou Agricole 15 octobre 2020 à 10h00 | Par AA

Chanvre semences : un site à la pointe de l’innovation

Vendredi 9 octobre, à Beaufort-en-Vallée, le siège social de Hemp’it, la coopérative de semences de chanvre, a été inauguré. La première pierre de la future usine, qui entrera en production dans un an, a été posée. Des investissements destinés à répondre aux enjeux d’une filière en fort développement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le siège de Hemp’ it est construit en matériaux biosourcés au grand pouvoir isolant. Le chanvre industriel a son rôle à jouer dans la rénovation énergétique des bâtiments.
Le siège de Hemp’ it est construit en matériaux biosourcés au grand pouvoir isolant. Le chanvre industriel a son rôle à jouer dans la rénovation énergétique des bâtiments. - © AA

La production de semences de chanvre prend un nouveau tournant avec la construction d’un site de production et de R&D sur la zone artisanale Actival de Beaufort-en-Vallée.
« Un moment historique », a souligné le directeur d’Hemp’it, Christophe Février en inaugurant, le 9 octobre, le siège social de 530 m2 en matériaux innovants. L’usine de production, qui s’étendra sur 7 000 m2, viendra remplacer le site historique implanté jusqu’ici à l’entrée de la ville, route d’Angers. La capacité de production sera  doublée, en passant de 2 000 tonnes à 4 000 tonnes de grains. L’usine devrait entrer en fonctionnement dans un an. De la construction à l’habillement,   la cosmétique, en passant par l’alimentation, le chanvre industriel est un secteur en fort développement, porté par les valeurs de durabilité. Hemp’it se donne aujourd’hui les moyens d’y répondre, non seulement en quantité mais aussi en qualité. La coop’ investit désormais 15 % de son chiffre d’affaires dans l’innovation variétale du chanvre et a créé pour ce faire une nouvelle unité, Hemp’it ADN. La coop’ est le seul créateur de variétés de semences de chanvre en France et leader européen.


2 millions d’euros d’aide de la Région
Tous ces investissements ont bénéficié d’une aide de 2 millions d’euros de la part de la Région Pays de la Loire, sous forme d’1 million en subvention et d’1 million en avance remboursable.  Ils comprennent, entre autres, un trieur optique d’un montant de 300 000 euros.


Se positionner sur le cannabis thérapeutique
Hemp’it s’est  aussi positionnée sur le dossier du chanvre thérapeutique. Un dossier qui avance puisque le ministère de la Santé a publié le 9 octobre un décret autorisant l’expérimentation du cannabis thérapeutique. Hemp’it serait en mesure de sélectionner des variétés dotées d’un taux intéressant de CBD, ou cannabidiol, molécule aux vertus thérapeutiques et au taux de THC inférieur à 0,2 %. Pour l’instant, le CBD naturel est interdit en France et la filière chanvre espère faire évoluer la législation. Hemp’it a été auditionné la semaine dernière à l’Assemblée nationale.

Autre projet, celui qui consiste à valoriser les graines de chanvre qui ne sont pas conservées en semences. Ces graines, très riches en protéines, en Oméga 3 et 4, pourraient être valorisées pour l’alimentation humaine. Aujourd’hui, sur 1 000 tonnes de graines récoltées, 200 tonnes ne peuvent pas être gardées en semences et trouvent leurs débouchés dans des domaines comme l’oisellerie, la pêche...
S.H.


* La coopérative a mis en culture 1 850 ha de semences cette année (par plus de 150 multiplicateurs), pour 2 000 t de production, (contre 1 650 ha l’an dernier).

- © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
2 000
D’ici 2023, le nombre de départs d’exploitant s’élèvera à 2 000 par an en Pays de la Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui