L'Anjou Agricole 28 mars 2018 a 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Chèvres laitières : les défis à relever sont l'installation et la préservation de la collecte

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

L'Aftaa (spécialiste des formation en nutrition animale) a organisé, le 27 mars, à Tours (37), une journée dédiée aux chèvres laitières. Le constat est sans appel : « la filière chèvre a encore beaucoup de travail à faire » a déclaré René Vallet, vice-président de l’Aftaa, en conclusion de la session.

Les voyants sont actuellement au vert grâce à une reprise de la demande après une crise caprine qui a été rude du fait de surstocks très importants. La filière se veut donc prudente quant à son développement, comme le souligne Benoît Baron, de l’Institut de l’élevage, et elle nécessite une véritable structuration.

Les défis à relever seront le renouvellement des générations et la préservation de la collecte. En effet, un quart des éleveurs caprins ont plus de 55 ans et la filière est très dépendante des importations en provenance d’Espagne et des Pays-Bas avec, en 2017, un litre sur cinq qui est importé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.