L'Anjou Agricole 03 avril 2019 à 11h00 | Par AA

Chèvres : une salle de traite fonctionnelle et lumineuse

L'EARL la Ferme du Pineau, à La Chapelle-Rousselin (Maine-et-Loire), vient de s'équiper d'une toute nouvelle salle de traite, dans l'objectif de diminuer la pénibilité du travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une paroi translucide située au fond de l'aire d'attente sur caillebotis apporte de la luminosité dans la salle de traite.
Une paroi translucide située au fond de l'aire d'attente sur caillebotis apporte de la luminosité dans la salle de traite. - © AA

« C'est convivial, les enfants peuvent être là pendant la traite, c'est un lieu où l'on a envie de venir », explique Claire Piet dans sa salle de traite entrée en service le 5 janvier dernier. Un équipement 32 postes, avec décrochage et balancier automatiques, en traite par l'arrière. Cet investissement vient alléger la contrainte de la  traite, « seul poste de travail non robotisable en chèvre », comme le souligne Sylvain Piet. La salle de traite apporte un grand changement par rapport à celle qui était en place auparavant.


Les chèvres se déplacent seules
Elle est plus lumineuse grâce à une paroi translucide située au fond de l'aire d'attente sur caillebotis. Il est prévu, pour ajouter encore de la lumière naturelle, de découper un puits de lumière dans le plafond de la salle de traite. Celle-ci est plus fonctionnelle : grâce à sa vaste aire d'attente et à la distribution de concentrés pour attirer les chèvres, celles-ci se placent sans hésiter dans les stalles. Et grâce au relevage automatique de la trémie d'alimentation, les chèvres sortent rapidement pour aller rejoindre la chèvrerie. « Nous avons gagné du temps, on n'a quasiment plus besoin de pousser les chèvres », apprécie Claire Piet.


Un chantier mené en famille
Sylvain et Claire Piet ont calé le chantier pendant la période de tarissement des chèvres. « Nous avons cessé de traire le  5 novembre au matin, et nous avons mis en route la nouvelle installation le 5 janvier », résume Sylvain Piet. Deux mois de travail non stop, pendant lesquels le couple a eu quotidiennement recours à de la main-d'oeuvre familiale.
Le coût de ces nouvelles installations se monte à près de 190 000 euros, sans la main-d'oeuvre. Une somme qui comprend l'aire d'attente et la salle de traite, ainsi qu'un rallongement de la chèvrerie. Le couple a souscrit un PCAE (Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles) pour la salle de traite, la laiterie et la chèvrerie.

S.H.

Grâce à sa vaste aire d'attente et à la distribution de concentrés pour attirer les chèvres, celles-ci se placent sans hésiter dans les stalles.
Grâce à sa vaste aire d'attente et à la distribution de concentrés pour attirer les chèvres, celles-ci se placent sans hésiter dans les stalles. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui