L'Anjou Agricole 03 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Choucas des tours : un long travail de comptage

L’assemblée générale de la FDGdon a été l’occasion de faire un zoom sur le choucas des tours. Une enquête est enclenchée en Maine-et-Loire pour appuyer une demande de dérogation afin de réguler l’espèce.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’espace Longuenée a fait salle comble pour l’assemblée générale de la FDGDon (Fédération départementale de défense contre les organismes nuisibles), vendredi 28 avril à La Meignanne (Longuenée-en-Anjou).
L’espace Longuenée a fait salle comble pour l’assemblée générale de la FDGDon (Fédération départementale de défense contre les organismes nuisibles), vendredi 28 avril à La Meignanne (Longuenée-en-Anjou). - © AA

Plus petit que la corneille noire et que le corbeau freux, le choucas des tours se caractérise par sa nuque grise. Il est protégé depuis 2009. Il n’est donc possible ni de le piégier ni de le
tirer. En attendant, les dégâts occasionnés sur les cultures par cette espèce, qui vit en colonie, émoussent la patience des agriculteurs : « c’est une véritable catastrophe, a dénoncé Bertrand Saget, maire de Chazé-sur-Argos, lors de l’assemblée générale de la FDGdon. Il faut faire une demande nationale de déclassement de l’espèce, sans quoi on n’y arrivera pas ». Dans le but d’appuyer une demande de dérogation, depuis cette année, la FDGdon réalise un travail de terrain pour établir un état de la population de choucas des tours du département (effectifs, dynamique...). Il s’agit de répertorier tous les couples. Une enquête de grande ampleur qui se fait en partenariat avec la Chambre d’agriculture, la Fédération de chasse, la DDT, la FDSEA, la LPO. Un réseau d’observateurs, dont beaucoup de bénévoles, ont assuré la collecte des données pendant la période de nidification, du 10 mars au 15 avril. Une centaine de personnes a été formée pour cette mission. Au lever du jour et le soir avant le coucher du soleil, ils ont sillonné les rues de villages pour repérer les nids dans les cheminées des maisons, inspectant les châteaux et les églises qui abritent aussi beaucoup de nids. Une chargée de mission assure l’exploitation et la valorisation des données. Pour 2017, des zones prioritaires (dans le Nord-Est du département) et secondaires (au Sud du département) ont été définies.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 5 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui