L'Anjou Agricole 14 décembre 2018 à 09h00 | Par AA

Christiane Lambert : "Déployer des solutions auprès de tous les agriculteurs"

La présidente de la FNSEA se présente pour un nouveau mandat à la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire. Malgré un agenda chargé, la responsable syndicale reste attachée à son ancrage local.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert est agricultrice à Bouillé-Ménard (Maine-et-Loire).
Christiane Lambert est agricultrice à Bouillé-Ménard (Maine-et-Loire). - © AA

Aussi à l'aise au pied des porcelets que dans les couloirs de l'élysée. Présidente de la
FNSEA depuis 2017, Christiane Lambert tient à garder son ancrage local. C'est une des raisons qui l'amènent, malgré un agenda chargé, à renouveler sa candidature. La Chambre, où elle siège depuis le milieu des années 1990,  a tant de défis à relever, comme « concilier la grande compétence sur les sujets techniques, sur la recherche et l'innovation, avec le déploiement de ces savoirs aux agriculteurs, individuellement ou en groupe ». Christiane  Lambert croit beaucoup aux  vertus des échanges en groupes, grâce auxquels « les expériences des uns deviennent souvent les pratiques des autres  ! ».

La Chambre, c'est aussi la formation. Alors que l'agriculture fait l'objet de critiques,  l'ex-présidente de Vivéa juge « très important de rester informé et compétent pour faire face aux nouveaux enjeux ». Face aux questionnements du public sur les modes de production, « des solutions existent. Il faut pouvoir les déployer jusqu'à tous les agriculteurs, afin de mettre ceux-ci en confiance », insiste-t-elle. La communication est essentielle, tant « la méconnaissance de notre secteur s'est accrue. Beaucoup d'approximations conduisent parfois à un dénigrement, que je trouve très injuste ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.