L'Anjou Agricole 21 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Climat : Bruxelles intègre l’agriculture mais permet des compensations

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © HG

La Commission européenne a présenté le 20 juillet ses propositions sur le partage des efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la décarbonisation du secteur des transports et la manière d’intégrer le secteur de l’affectation des sols, du changement d’affectation des sols et de la foresterie (LULUCF) dans le cadre climat-énergie 2030. Parmi les principales propositions : les secteurs non couverts par le système d’échange de quotas carbone, dont l’agriculture, seront soumis à des objectifs nationaux de réduction de leurs émissions pour atteindre -30% au niveau de l’UE. Le secteur LULUCF pourra, en partie, permettre une compensation des ces contraintes sous forme de "crédits carbone". Pour la France, il faudra réduire les émissions de 37 % qui pourront être compensés au maximum à 1,5% par le secteur LULUCF. Par ailleurs, Bruxelles souhaite une élimination progressive des biocarburants de première génération pour assurer la décarbonatation du secteur des transports en les remplaçant par des biocarburants avancés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui