L'Anjou Agricole 28 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Colloque de « Sol et civilisation » : les débuts d’une politique ville-campagne

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pol Emile/CE

Le colloque annuel du think tank “Sol et civilisation”, qui s’est tenu le 27 octobre, a mis en exergue les débuts d’une politique ville-campagne, à travers les contrats de réciprocité ville-campagne et à travers les Programmes alimentaires territoriaux (PAT). « Il manque de l’investissement dans le couplage ville-campagne », a exposé en préliminaire le géographe Martin Vanier. Les contrats de réciprocité ville-campagne visent à équilibrer la démographie et les activités, pour éviter que les villes grossissent infiniment et que les campagnes se dépeuplent. Pour l’instant il n’existe que quatre contrats de réciprocité, dont un seul qui sera signé le 4 novembre, entre la ville de Brest et le pays de centre-ouest Bretagne. Ce contrat débouche sur 39 projets dont plusieurs concernant l’agriculture (exportation de poudre de lait vers la Chine via Brest, débouchés pour la filière de bois-énergie dans les chaufferies du territoire). Quant aux PAT, ils auront vocation à favoriser les circuits courts, à encourager l’emploi local et l’équilibre entre les campagnes et les villes. L’objectif du ministère de l’Agriculture est de créer une centaine de PAT en 2017, avec une ambition de 500 en 2020. Les milieux agricoles les plus concernés par les PAT sont les chambres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui