L'Anjou Agricole 08 décembre 2020 � 15h00 | Par AA

Comme l’ombre d’un doute pour le solaire

Retoquée par le Sénat, la révision des contrats pionniers du solaire jette le trouble sur les engagements de l’état. Les acteurs de la filière déplorent l’image renvoyée, alors que le solaire est en pleine expansion

Abonnez-vous R�agir Imprimer
- © AA

Le 13 novembre, les députés ont adopté un amendement gouvernemental en première lecture, dans le cadre du débat parlementaire sur le budget dédié à l’écologie en 2021. Il prévoyait la révision à la baisse des tarifs d’achat d’électricité pour certains contrats passés avec l’État avant 2011. Retoqué au Sénat, cette proposition inquiète une filière en pleine croissance.


Perte de confiance
« L’image qui est renvoyée altère la confiance envers l’état. Ce dernier pourrait donc revenir sur des contrats vieux de plus de 10 ans ? », s’interroge Stéphane Boireau, chef de service du pôle énergies renouvelables à la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Pour le monde agricole, la ministre de l’écologie l’a martelé dans les médias : « cela ne concerne que très peu d’exploitations ». On ne peut pas lui donner tort, puisque ce projet de loi ne concerne que 4 exploitations dans la région.  
Si le projet de loi avait pour objectif de rétablir des prix plus en adéquation avec le marché, et ainsi diminuer le prix de l’électricité pour le consommateur, l’ensemble de la filière a réagi négativement. Ainsi,  le Syndicat des énergies renouvelables (SER)  et Enerplan, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire, ont estimé que le Sénat avait « montré à l’unanimité la voie de la raison . On ne peut renier un engagement pris auprès d’une filière industrielle, et au-delà fragiliser durablement la dynamique de développement des énergies renouvelables en France qui favorise l’activité et l’emploi local dans tous les territoires ». « Sur le photovoltaïque agricole, la dynamique est très forte », abonde Stéphane Boireau. « Il serait dommage de refroidir les porteurs de projets et les banques, alors même qu’un arrêté qui rentrera en vigueur début 2021 facilitera le développement du solaire dans les exploitations ». L’agrivoltaïsme a de beaux jours devant lui, et les acteurs de la filière semblent regretter ce qu’ils perçoivent comme des bâtons dans les roues. « La dynamique est forte pour différents types de panneaux, avec de nombreuses formes de projets. Il faut travailler sur l’encadrement de ces projets. La vraie question du solaire, ce n’est pas tant la révision des vieux contrats. C’est, face à un tel dynamisme, comment développer la filière intelligemment, sans nuire au foncier agricole », estime Stéphane Boireau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.