L'Anjou Agricole 17 août 2017 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Concilier agriculture et montgolfières

Chaque été, Brissac-Loire-Aubance accueille un rassemblement de montgolfières. Un évènement qui ne réjouit pas tous les agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marc Pihet

Charly Boutin est éleveur en viande bovine à Brissac-Quincé. Il fait partie de la
Brigade verte depuis sa création. Cette brigade est chargée de représenter les agriculteurs lors des envols de montgolfières, et notamment lors des manifestations organisées, chaque année, par la commune la dernière semaine d’août. « Notre rôle est de régler les problèmes... voire de les identifier en amont pour les éviter ».

La Brigade verte est composée d’une douzaine d’agriculteurs, qui connaissent la terre et les animaux. « Ce qui pose problème n’est pas tant lié au championnat, mais au phénomène de répétition. Ce sont une centaine de ballons qui volent lors des manifestations et qui doivent atterrir. Les agriculteurs sont exaspérés par la peur que les montgolfières provoquent aux animaux et les blessures que cela peut engendrer ».

« Le respect mutuel est le maître mot. Mais pour y arriver, nous avons mis en place tout un protocole d’atterrissage ». Ainsi, lorsque le pilote pose son ballon sur une parcelle, son récupérateur, chargé de venir chercher le ballon, est chargé de demander l’accord du propriétaire du terrain avant de pénétrer avec un véhicule dans le champ...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 18 août 2017.

Charly Boutin, agriculteur engagé dans la Brigade verte.
Charly Boutin, agriculteur engagé dans la Brigade verte. - © AA

Championnat d’Europe de montgolfières


Du 21 au 27 août sur la commune nouvelle de Brissac-Loire-Aubance.
- 2 envols par jour : à 7 h et 19 h.
- Temps fort du samedi 26 août : reconstitution du 1er envol de montgolfière de 1783 en tenue d’époque et marché de terroir. Feu d’artifice en soirée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.