L'Anjou Agricole 06 février 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Concours - Festi’élevage 2014 accueillera le concours national de la race jersiaise

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Archives AA

Quatre-vingts. C’est le nombre d’animaux qui sont attendus pour le prochain concours national jersiais qui se tiendra à Festi’ élevage en septembre prochain. Jean-Laurent Jubin, président de l’OS, en a dressé le contour, en l’absence de Pierre-Yves Léger, le président départemental, à l’occasion de l’assemblée générale de Festi’élevage qui se déroulait dans l’élevage Gaborit de Maulévrier, le 30 janvier. Un effectif jersiais en constante progression et qui se développe plus encore en dehors du département. En 2012, 36 % des effectifs se trouvaient dans le Maine-et-Loire. En 2013, le cheptel jersiais du département représentait 19 % de l’effectif total. Autant dire que les éleveurs viendront de toute la France pour présenter leurs animaux : du Grand Ouest, mais aussi de l’Est ou de Manosque. Au total, une trentaine d’éleveurs et un juge britannique déjà présent en 2011 lors du précédent concours national.

Egalement en lice pour un inter-régional, les ovins. Une première. “Le concours se déroule tous les deux ans à Parthenay, là on les invite”, se réjouit Denis Pineau, producteur rouge de l’Ouest. Une quinzaine d’éleveurs est attendue, venant de quatre départements, avec une centaine d’animaux. Le dimanche, pour promouvoir la filière, de la viande ovine sera servie au moment de l’apéritif. Comme en 2013, la journée du vendredi sera destinée aux écoles. L’an dernier, 200 jeunes s’étaient déplacés ce jour-là sous le théâtre foirail. Se tiendra également le concours des animaux de boucherie.

L’édition 2014 revêtira un caractère un peu exceptionnel, dans la mesure où il s’agira de la vingtième édition de Festi’élevage à Chemillé-Melay. Occasion de laisser une “trace écrite et en photos”, indique le président de Festi’élevage, Claude Cesbron, de vingt années de mobilisation, d’enthousiasme, de travail en commun et de valorisation d’un lieu et d’un secteur d’activité essentiel en Maine-et-Loire.


M.L.R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui