L'Anjou Agricole 30 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Condamnation par S. Le Foll, la FNPL de l'attitude de Lactalis vis-à-vis de ses fournisseurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Lactalis a décidé de mettre fin à sa relation contractuelle avec des producteurs de lait ayant témoigné dans le reportage intitulé « Lactalis : le beurre et l'argent du beurre » diffusé dans l'émission Envoyé spécial le 13 octobre. Une décision « condamnée fermement » par le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll. Celui-ci « rappelle que contrairement à l'argumentation développée par Lactalis, les industriels ne peuvent se considérer comme les « employeurs » des éleveurs, alors même que ces derniers supportent seuls l'ensemble des décisions et des aléas économiques inhérents à leur profession ». André Bonnard, secrétaire général de la fédération des producteurs de lait (FNPL) a lui aussi, « indigné », « condamné cette décision estimant que Lactalis a fait le choix de prospérer aux dépens de ses fournisseurs - les producteurs de lait - grâce auxquels le groupe a réussi à bâtir un empire en abusant de sa position dominante ». Contacté par Agra Presse pour réagir à l'information révélée le 27 janvier par Europe 1, Lactalis n'a pas répondu aux sollicitations. Le courrier envoyé aux éleveurs sanctionnés leur précise, selon la radio, « qu'au regard du contexte général ayant entouré » leurs déclarations, Lactalis a décidé « de mettre un terme » à leurs relations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui