L'Anjou Agricole 09 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Conjoncture viande bovine : une accalmie insuffisante

Après des années de crise, les cours s’améliorent peu à peu pour les différents segments de la filière viande bovine. Pour autant, la situation est toujours critique pour les producteurs ligériens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le marché des vaches allaitantes se dégrade depuis quelques années. Fait nouveau : « depuis 18 mois, des vaches dites “haut de gamme” comme la blonde d’Aquitaine ou la parthenaise connaissent des difficultés d’écoulement. »
Le marché des vaches allaitantes se dégrade depuis quelques années. Fait nouveau : « depuis 18 mois, des vaches dites “haut de gamme” comme la blonde d’Aquitaine ou la parthenaise connaissent des difficultés d’écoulement. » - © Réussir-Emilie Durand

En France, les cours des broutards connaissent une nette amélioration par rapport à 2016, avec une faible baisse saisonnière.
Autre constat : sur le marché des gros bovins, après des années de crise, les prix des jeunes bovins français sont au plus haut niveau depuis cinq ans, grâce à une offre modérée et au dynamisme de la demande italienne en broutards engraissés haut de gamme.
Si l’abattage des vaches laitières a nettement ralenti par rapport à 2016 pour retrouver un rythme normal, les abattages de vaches allaitantes sont, en revanche, beaucoup plus soutenus ce qui fait pression sur les cours. En France, la consommation de viande bovine continue de s’éroder depuis le début de l’année. Le marché à l'export reste lui concentré sur l'Union Européenne et 4 destinations phares.

Retrouvez l'intégralité de l'article, avec notamment un focus sur la conjoncture en Pays-de-la-Loire et des témoignages de coopératives, dans le dossier Viande bovine de l'Anjou Agricole du 10 novembre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui