L'Anjou Agricole 28 décembre 2017 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Construction d’une usine de méthanisation de plus de 150kt de biomasse en Mayenne

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JEAN NANTEUIL

Une usine de méthanisation de plus de 150 000 tonnes de biomasse par an, principalement du fumier, verra le jour à Charchigné en Mayenne, a annoncé le 21 décembre le cabinet d’avocats d’affaires Granrut. Ce dernier accompagne l’entreprise autrichienne Biogest. Le projet est porté par un collectif de 110 agriculteurs mayennais. Les 150 000 tonnes seront traitées chaque année dans le but de produire électricité et chaleur. Les 26 800 mégawattheures d’électricité produits chaque année seront revendus à ERDF, pour l'alimentation en électricité de l'équivalent de 4000 foyers, et la chaleur sera cédée à la laiterie de Charchigné. Biogest a déjà ouvert «de nombreuses unités de méthanisation dans le monde (Royaume Uni, États-Unis, Autriche, République Tchèque, Serbie, Roumanie et Slovénie)», a précisé le cabinet d’avocats d’affaires. Début de travaux au premier trimestre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.