L'Anjou Agricole 04 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Contrôle des structures : nouvelles priorités

Le nouveau schéma régional des structures a défini de nouvelles priorités pour la gestion des demandes d'autorisation d'exploiter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Depuis le 18 juin dernier, les demandes d'autorisation d'exploiter sont régies par le Schéma directeur régional des exploitations agricoles (SDREA) qui remplace les 5 schémas directeurs départementaux des structures (SDDS). Dans le prolongement des deux premiers articles publiés, nous poursuivons la découverte de ce SDREA par la gestion des priorités.
La logique qui a prévalu dans la rédaction du SDREA a été de prioriser l'installation, notamment des jeunes souhaitant s'installer dans le parcours aidé et prévoyant de travailler à temps plein sur leur exploitation. Il s'agit également de prioriser les installations en élevage et en production végétale spécialisée. Vis-à-vis des agrandissements, la logique est de conforter en priorité les exploitations ayant la dimension économique la plus faible.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 5 août 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Les négociations commerciales en cours doivent aboutir à un niveau de valorisation des coûts qui prend en compte la hausse des charges de production pour les éleveurs caprins

demande Coop de France dans un communiqué de presse du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine
989
En Pays-de-la-Loire, on recense 989 entreprises de travaux agricoles, dont 573 employeuses de main d'œuvre. Cela représente près de 6 000 actifs (2 400 ETP).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui