L'Anjou Agricole 23 août 2016 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise du lait : au moins 500 éleveurs devant le siège de Lactalis

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Devant le siège de Lactalis à Laval, lundi 22 août.
Devant le siège de Lactalis à Laval, lundi 22 août. - © Vincent Gross - Agri 53

« Nous attendons au moins 500 éleveurs », a expliqué Philippe Jehan, président de la FDSEA de la Mayenne, le 22 août : les éleveurs laitiers venus de Bretagne, Pays-de-la-Loire et Normandie se sont réunis devant le siège de Lactalis à Laval dans la soirée. « Nous organiserons des tours de garde 24h/24h pendant une durée indéterminée », poursuit-il.

D'autres territoires se sentent concernés. Dans la semaine, les producteurs des Hauts de France devraient rejoindre le mouvement à Laval, selon Philippe Jehan.

En outre, le 22 août, une centaine d'éleveurs aveyronnais s'étaient réunis devant l'usine de Lactalis de Rodez. « Les producteurs sont mal payés », a affirmé Dominique Fayel, président de la FDSEA de l'Aveyron. Dans le département, six cent éleveurs livrent leur lait à l'industriel. « Nous sommes solidaires des producteurs réunis à Laval », poursuit-il.

Par ailleurs, les FRSEA des trois régions du grand Ouest et les JA ont demandé à la préfecture, le 22 août, que le médiateur, Francis Amant, soit mandaté. « Nous voulons une réunion avec un résultat positif entre les organisations de producteurs, le médiateur et Lactalis, affirme Philippe Jehan, nous voulons des négociations sur le prix avec des garanties jusqu'à la fin de l'année.»

Le rond-point du Zoom, près de l'usine, a été rebaptisé rond-point de la Honte du Lait.
Le rond-point du Zoom, près de l'usine, a été rebaptisé rond-point de la Honte du Lait. - © Vincent Gross - Agri 53
Le 22 août au soir, 500 exploitants agricoles se sont réunis pour exprimer leurs doléances vis-à-vis de Lactalis. Ils ont été rejoints le mardi 23 par d'autres exploitants du Grand-Ouest.
Le 22 août au soir, 500 exploitants agricoles se sont réunis pour exprimer leurs doléances vis-à-vis de Lactalis. Ils ont été rejoints le mardi 23 par d'autres exploitants du Grand-Ouest. - © Vincent Gross - Agri 53

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui