L'Anjou Agricole 22 septembre 2015 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise porcine : 10% des élevages n'y survivront probablement pas, selon Guillaume Roué.

Déclaration de Guillaume Roué, Président de l'interprofession porcine (Inaporc), lors d'une conférence organisée par l'Ifip-Institut du porc sur la crise porcine en Europe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon G.Roué, « nous allons vers une restructuration, l'enjeu sera de conserver l'efficience », notamment au travers du renouvellement des bâtiments.
Selon G.Roué, « nous allons vers une restructuration, l'enjeu sera de conserver l'efficience », notamment au travers du renouvellement des bâtiments. - © AA

« 10% des élevages ne survivront probablement pas à cette crise, et 10% autres sont en danger », a déclaré le président de l'interprofession porcine (Inaporc) Guillaume Roué, lors d'une conférence organisée par l'Ifip-Institut du porc sur la crise porcine en Europe.

 

En Europe, seule les producteurs espagnols ne sont pas mis en difficulté par la crise de surproduction. Sur les huit premiers mois de l'année, l'Espagne n'enregistre aucune perte, tandis les éleveurs français ont perdu en moyenne 5 euros par porc, estime l'économiste de l'Ifip Boris Duflot. S'il n'y avait pas eu de hausse cet été en France, les pertes auraient même atteint 10 euros par porc. En Allemagne au Danemark, elles atteignent 12 euros sur la même période. Aux Pays-Bas, 20% des éleveurs seraient proches de la cessation de paiement. En Allemagne, la situation est également jugée catastrophique, en particulier chez les naisseurs ; la restructuration va se poursuivre, et l'agrandissement des meilleurs se déroulera pas construction, rachat, ou location de porcherie (procédé courant dans le pays).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui