L'Anjou Agricole 21 août 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise porcine: la cotation se maintient au cadran, les éleveurs «sur le qui-vive»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La cotation du marché du porc breton (MPB) s'est maintenue le 20 août, à 1,389 euro le kilo, après que la cotation allemande a chuté d'un cent le kilo plus tôt dans la semaine. «On est déçus que le marché se soit encore tenu sans Cooperl et Bigard», a réagi le président de la FDSEA des Côtes d'Armor Didier Lucas. «La seule victoire c'est que le prix tienne, on avait peur d'une grosse chute». Les éleveurs ne prévoient pas de nouvelle mobilisation prévue dans l'immédiat. «On est sur le qui-vive», explique-t-il. La filière est dans une «situation d'attente», étaye le président de la Fédération nationale porcine (FNP), Paul Auffray. Les éleveurs espèrent que la période traditionnelle de promotions, sur le point de débuter, pourra soutenir la cotation jusqu'au 15-20 septembre. Le même jour, une cinquantaine de producteurs de la FRSEA Bretagne se sont rendus au siège de la Cooperl, qui conditionne son retour au cadran à des modifications de son fonctionnement. Le président de la Cooperl, Patrice Drillet, les a reçus pendant deux heures. «On leur a dit que les conditions sur les modifications de marché, c'est-à-dire plus [du tout] d'affectations et plus de prix de retrait, que s'ils venaient avec ça, ce n'est pas la peine qu'ils reviennent [car] c'était tuer le marché», a déclaré à l'issue le responsable porcs de la FRSEA Bretagne, François Valy.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui