L'Anjou Agricole 14 août 2015 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise porcine : responsabilités et mesures d'urgence

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, soutient l'intérêt du cadran. Le président de la FNSEA appelle à des mesures de soutien des producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Interrogé sur ses moyens de pression potentiels pour faire plier les deux acheteurs, le ministre a répondu : « la négociation et la discussion ».
Interrogé sur ses moyens de pression potentiels pour faire plier les deux acheteurs, le ministre a répondu : « la négociation et la discussion ». - © Actuagri

« Je n’envisage pas, après les efforts qui ont été faits pour sortir de la crise de l’élevage porcin, qu’il n’y ait pas de cotation au marché au cadran de Plérin », a affirmé Stéphane Le Foll en conférence de presse le 11 août, après que Bigard et Cooperl aient refusé d’acheter au marché de la veille. Le ministre de l’Agriculture demande à chacun de « prendre sa part de responsabilité » et rappelle que « ceux qui se retirent » du marché au cadran n’avaient pas, lors de l’accord sur le prix trouvé le 17 juin dernier, proposé de solution alternative pour sortir de la crise.

Xavier Beulin, président de la FNSEA.
Xavier Beulin, président de la FNSEA. - © FNSEA

Le 12 août, le président de la FNSEA a demandé que « la Commission européenne et le conseil des ministres européens, sans attendre le 7 septembre, puissent prendre des mesures exceptionnelles de dégagement du marché pour soutenir les cours ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui