L'Union Agricole 03 octobre 2019 à 06h00 | Par Catherine Hennebert

Dans l'attente insoutenable des résultats d'analyses.

La profession agricole est très inquiète et en colère face au manque de réactivité de l'administration après la catastrophe industrielle Lubrizol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Samedi 28 septembre sur la ferme de Stéphane Donckele à Catenay.
Samedi 28 septembre sur la ferme de Stéphane Donckele à Catenay. - © Catherine Hennebert



« On préfère sentir la merde que d'avoir ce qu'il y a dans ce pot chez nous ! Aujourd'hui, je suis très en colère car les services de la préfecture n'ont pas mesuré la gravité de la situation assez rapidement ! Il était évident que le nuage n'allait pas s'arrêter aux portes de l'agglomération ! », s'insurge Stéphane Donckele ce 29 septembre, montrant à Hervé Morin la couleur de l'eau prélevée après le passage de fumée de l'incendie Lubrizol.
Le président de la   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Union Agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Au vu des informations que nous avons de la part des pouvoirs publics, à ce jour, rien ne nous amène à remettre en cause notre événement. Le Sommet de l’Élevage est donc maintenu à ses dates initiales : 7, 8 et 9 octobre. Nous restons cependant vigilants

ont annoncé les organisateurs de cette manifestation, le 20 mai, sur leur compte Twitter.

Le chiffre de la semaine
3 550
En 2019, d’après l'Observatoire régional de l’agriculture biologique, environ 3 550 exploitations en Pays de la Loire sont orientées en agriculture biologique, soit 12 % des exploitations ligériennes.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui