L'Anjou Agricole 14 décembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

De grandes ambitions pour le biocontrôle

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Denis Longevialle, secrétaire général d’IBMA France, le 7 décembre à Angers.
Denis Longevialle, secrétaire général d’IBMA France, le 7 décembre à Angers. - © AA

Les produits de biocontrôle représentent à ce jour, en France, 5 % du marché de la protection du végétal. L’ambition d’IBMA*France ? « C’est de tripler la part de marché de ces produits et d’atteindre d’ici 2025, le cap des 15 % du marché », a expliqué Denis Longevialle, d’IBMA France, dans le cadre du colloque Surveillance biologique du territoire, le 7 décembre à Angers (49).

Il existe une très grande diversité d’acteurs et de secteurs d’activité impliquée dans le biocontrôle, la start-up à la très grosse firme, et les pouvoirs publics en font un des grands axes stratégiques de la recheche, comme l’a affirmé le Président de la République dans son discours de lancement des EGA, le 11 octobre à Rungis.

Il reste beaucoup à faire pour développer ces usages, qui sont répandus de manière variable selon les filières. « Le biocontrôle est beaucoup utilisé en tomate sous serre et 70 % des vergers utilisent la confusion sexuelle. En revanche en viticulture, seuls 7 % des vignobles sont en confusion sexuelle », constate Denis Longevialle. Faut-il une incitation pécunière, s’interroge-t-il  : « en Allemagne, 60 % des surfaces viticoles sont en confusion sexuelle, les viticulteurs y étant incités par une prime de 150 euros à l’hectare ». Quant au trichogramme, il  est déployé sur 20 % des surfaces de maïs qui sont traitées contre la pyrale...

*IBMA International biocontrol manufacturers association.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 15 décembre 2017.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui