L'Anjou Agricole 30 septembre 2020 à 11h00 | Par AA

De l’autonomie avec un séchoir à grain mobile

à Louresse-Rochemenier, Grégory Chauvin a repris l’exploitation de son père, dont le séchoir mobile, qu’il a utilisé pour la première fois sur son maïs cette semaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le séchoir mobile, un Mecmar STR, a été vendu et installé par les Ets Hervé en Vendée. Le maïs passe par un brûleur à 115°C, puis est maintenu à 55°C dans la cuve.
Le séchoir mobile, un Mecmar STR, a été vendu et installé par les Ets Hervé en Vendée. Le maïs passe par un brûleur à 115°C, puis est maintenu à 55°C dans la cuve. - © AA

Ancien salarié de Limagrain Europe, Grégory Chauvin s’est installé définitivement en avril 2020, après avoir été double actif durant 4 ans. Il a repris l’exploitation de son père, Jacky Chauvin, et dispose dorénavant de 114 ha à Louresse-Rochemenier.


La mobilité pour plus d’autonomie
Disposant de capacités de stockage, le céréalier peut ainsi vendre lorsque les cours sont les plus avantageux, et non pas à la récolte. Mais pour stocker le maïs, qu'il cultive sur 20 ha, il faut le sécher. C’est ainsi que Jacky Chauvin s’est décidé à investir dans un séchoir à grain mobile, un Mecmar STR. Acheté avec un autre agriculteur, situé à Ditré, ce séchoir s’utilise également pour le colza, les pois d’hiver voir le tournesol ! L’investissement total, de 26 000 euros, permet donc aux agriculteurs de tirer le maximum de leur capacité de stockage tout en divisant les coûts. Le consommation oscille entre 10 et 20 litres de fioul par tonne, sachant que ce séchoir a une capacité de 15 tonnes. « Il faut 3 à 4 heures pour charger, sécher, ventiler, refroidir et décharger », précise Grégory Chauvin. Ce séchoir, qui a 6 ans, permet d’abaisser le maïs au taux d’humidité requis, à 15. Le maïs passe par un brûleur à 115 °C, avant d’être maintenu au cœur de la cuve a une température de 55 °C. « Ce qui est vraiment intéressant, c’est l’autonomie qu’on acquiert », confie Jacky Chauvin. Dans le futur, son fils souhaiterait utiliser ce séchoir en mode électrique, moins bruyant, moins énergivore. A noter qu’il faut compter environ une heure d’installation.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 2 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
"Sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté" selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui