L'Anjou Agricole 25 novembre 2019 à 09h00 | Par AA

De l’eau au top pour traiter moins et mieux

Grâce au procédé Eaubaine qui optimise l’eau utilisée pour les traitements, les agriculteurs peuvent réduire jusqu’à 75 % la dose de produits phytosanitaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Devant les cuves d’eau optimisée de 1 000 litres qu’ils commercialisent auprès de leurs clients, Denis Pelé, dirigeant et Serge Blordier, animateur productions végétales de la société Pelé Agri Conseil, de Candé.
Devant les cuves d’eau optimisée de 1 000 litres qu’ils commercialisent auprès de leurs clients, Denis Pelé, dirigeant et Serge Blordier, animateur productions végétales de la société Pelé Agri Conseil, de Candé. - © AA

Seulement 10 à 15 % des matières actives arriveraient jusqu’à leur cible. Pour aider les agriculteurs à améliorer l’efficacité de leurs traitements, la société de négoce Pelé Agri conseil propose, depuis 2015, une solution : le procédé Eaubaine, inventé par la société tourangelle Aquaphyto, de Chinon (37). « Nous sommes les seuls distributeurs de l’Ouest de la France à proposer cela, explique Denis Pelé, dirigeant de Pelé Agri Conseil. La réflexion nous est venue lorsque le Gouvernement a lancé le plan Ecophyto ».


Un pH de l’eau adapté à celui la matière active
Pelé Agri Conseil dispose d’une cuve de 20 000 litres et d’une station de traitement de l’eau. Cette eau (principalement d’origine pluviale) est analysée, puis elle est déminéralisée afin de supprimer toutes les associations chimiques qui seraient nuisibles à l’efficacité du traitement. Les matières organiques sont extraites pour éviter qu’elles n’absorbent les matières actives. Le pH de l’eau est quant à lui adapté à celui de la matière active pour améliorer la dissolution de celui-ci. Enfin, la conductivité de l’eau est augmentée grâce à un passage de sels.
L’eau, ainsi traitée, est stockée dans les fûts de 1 000 litres, qui sont tracés, consignés et scellés. « 250 fûts tournent aujourd’hui en clientèle », explique Denis Pelé. Ces contenants sont protégés des UV et peuvent être stockés en extérieur pendant six mois.


Eaubaine permet de réduire de manière significative les doses, souligne Serge Blordier, animateur productions végétales de la société. : « un produit homologué à 2 litres/ha dans 200 litres d’eau non traitée peut être diminué à 1 litre/ha dans 100 litres d’Eaubaine, et jusqu’à 0,3 l pour 30 litres d’Eaubaine ».


Les bonnes pratiques agricoles indispensables
Mais la qualité de l’eau ne fait pas tout. Deux autres conditions sont indispensables pour tendre vers la réduction de doses : la qualité des pulvérisateurs et des buses et le respect des conditions météo. « En dessous de 40 % d’hygrométrie, les stomates de la plante sont fermés, rappelle Serge Blordier. Il faut plus de 80 % d’hygrométrie pour traiter dans de bonnes conditions, et pas de vent ».


5 000 hectares sont traités avec de l’eau Eaubaine chez des clients de Pelé Agri Conseil. En moyenne, la réduction de doses observée est de 50 % minimum. Des économies de doses et d’eau qui réduisent aussi le temps passé dans les parcelles et sur les routes avec le tracteur. Comme le résume un agriculteur utilisateur d’Eaubaine depuis 10 ans : « ça réduit énormement les factures et notre impact sur l’environnement. Et nous avons gagné en technicité ».
S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui