L'Anjou Agricole 18 avril 2019 à 14h00 | Par AA

De la graine à l’huile, une production autonome

A La Ménitré, Benoît Bourgerie fabrique des huiles de colza et de tournesol bio, écoulées en vente à la ferme et auprès des épiceries fines du nord Maine-et-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Benoît Bourgerie avec ses bouteilles d'huile de type “Darika”, plus fines et plus hautes que les standards du marché.
Benoît Bourgerie avec ses bouteilles d'huile de type “Darika”, plus fines et plus hautes que les standards du marché. - © AA

A l’entrée dans le petit atelier d’extraction, un entêtant parfum de tournesol saisit les narines. « Mes huiles sont pressées à froid, sans adjuvants ni solvants, et ne sont pas désodorisées à la vapeur. Tout le contraire des produits standards. » Benoît Bourgerie, 37 ans, est double actif. Une semaine technicien de maintenance dans une boulangerie industrielle à Avrillé, la huitaine suivante céréalier bio à La Ménitré. Les cultures sont valorisées en huiles de tournesol et de colza estampillées “De la graine à l’huile”, et en tourteaux destinés à l’alimentation des vaches laitières chez un exploitant de Chaudefonds-sur-Layon.

Le jeune agriculteur a succédé à ses parents en 2017. Dès que possible, Benoît Bourgerie entend bien augmenter sa production - de 1 500 à 2 500 flacons de 75 cl par an. Livrés dans les épiceries fines, à Angers, Saumur, Baugé, Beaufort-en-Vallée. Entre 4 et 6 € l’unité quel que soit le type de produit, intégrant 1/3 de frais de culture, 1/3 de frais de conditionnement, 1/3 de marge. Le plus gros client, cependant, reste Les Vergers de Saint-Jean à Saint-Rémy-La-Varenne. En vente à la ferme : « ils me prennent 100 bouteilles par mois ». Il y a aussi les boutiques mobiles de type Bio Camion, sillonnant les marchés angevins. « Ils achètent et revendent l’huile en vrac, mentionne l'oléiculteur, en réponse à une demande croissante des consommateurs ». En 2018, l’exploitation a produit 300 l d’huile destinée à la fourniture en vrac.

La petite entreprise de Benoît Bourgerie accueillera le public à l’occasion de sa 1ère journée “portes ouvertes”, le 8 juin prochain.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

" Dans quelques années, toute une génération de citadins va croire que tout ce qui n’est pas bio est empoisonné ! ".

a réagi sur Twitter l’animateur et producteur de la célèbre émission E=M6, Mac Lesggy.

Le chiffre de la semaine
40
C'est le nombre d'intrusions dans les élevages en France, recensées par la FNSEA en 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui