L'Anjou Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

De la technicité pour passer la crise

À La Chapelle-du-Genêt, l'EARL L'éclaircie sort tout juste de trois années de crise. Grâce à l'amélioration de leur performance, et un prix du porc à la hausse, les deux époux souff lent enfin... un peu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Grâce à nos performances techniques, on arrive à faire face à un prix du porc bas, même s'il ne correspond pas au prix d'équilibre », résume Myriam Chauviré, éleveuse de porc à La Chapelle-du-Genêt. Comme de nombreux élevages porcins, son exploitation, l'EARL L'éclaircie sort « tout juste la tête de l'eau ». Pendant trois années, l'élevage en système naisseur-engraisseur a subi « une des crises les plus difficiles », constate son mari et associé Denis Chauviré. Avec un prix du porc moyen à 1,24 euros en 2015 et à 1,29 en 2016, « il a fallu se serrer la ceinture, restreindre les prélèvements mensuels...» Depuis avril 2016, le prix est à la hausse et celui de l'aliment à la baisse. « Il n'y a plus l'eff et ciseau. On peut enfin combler les trous de la trésorerie. » Extension de l'élevage Pour 2017, sur les quatre derniers mois, le prix s'établit à 1,42 euros. « Bientôt, on espère refaire de la trésorerie pour affronter la prochaine crise, se résigne l'agriculteur. Nous ne sommes pas maîtres du prix. Avec le porc, c'est cyclique. » Leur marge de manoeuvre ? La technicité. « On améliore sans cesse nos performances ». En 2015, l'EARL a misé gros. Elle a investi 1,2 millions d'euros pour l'extension de l'élevage.Passant de 110 à 195 truies.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 19 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui