L'Anjou Agricole 09 avril 2019 à 09h00 | Par AA

De la viande de parthenaise en direct de l’éleveur au boucher

Jeune éleveur installé en 2017 avec ses parents à Trémentines, Alexis Charbonnier commercialise une partie de ses parthenaises auprès d’un boucher angevin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Passionné d’élevage, Alexis Charbonnier, 25 ans, a rejoint l’exploitation familiale comme salarié au départ, puis en tant qu’associé.
Passionné d’élevage, Alexis Charbonnier, 25 ans, a rejoint l’exploitation familiale comme salarié au départ, puis en tant qu’associé. - © AA

« Il fallait oser. Il y a deux ans, ma mère a pris son téléphone pour démarcher plusieurs bouchers, car les cours baissaient et nous cherchions à mieux valoriser notre travail », explique Alexis Charbonnier, éleveur à Trémentines. Le boucher Thierry Chateau est venu rencontrer la famille et a répondu favorablement à la proposition. Le Gaec de la
Forêt Bonamy lui a ainsi fourni 8 bêtes en 2017 (de mai à décembre) et 20 bêtes durant l’année 2018. « C’est rare, de nos jours, de voir un boucher qui connaît les bêtes sur pied et qui peut nous faire un retour sur nos animaux », apprécie Philippe Charbonnier, le père d’Alexis.

Des vaches disponibles presque toute l’année
Les naissances ont lieu lors de deux périodes de vêlages, de mi-août à fin octobre, et de janvier à début mars, avec des retardataires jusqu’en novembre-décembre et jusqu’en avril. « L’avantage, c’est que l’on peut avoir des vaches grasses tout au long de l’année », explique Alexis Charbonnier. Certaines vaches sont finies sur une durée plus importante avant d’être vendues.
Comment se passe la finition ? « A partir de la naissance du veau, il faut compter un an », calcule le jeune agriculteur. La finition se fait en deux étapes : première étape, quand les vaches viennent de vêler l’hiver, une ration enrichie leur est fournie pour les « remonter » : un peu d’ensilage d’herbe, d’ensilage de maïs, 2 kg de concentré,
1 kg de blé dit “aliplusé*” et du foin. Ce régime spécial est donné pendant 4 mois environ l’hiver, avant le sevrage. Les mâles sont sevrés à 6 mois, les femelles à 6 mois et demi.
La 2ème étape de finition peut s’étaler entre 5 et 8 mois, suivant les animaux et suivant la demande. Durant cette étape, les vaches mangent un complément à base principalement de lin, de luzerne, de pulpe de betterave (7,5 kg par jour). Cet aliment contient 24,5 % de protéine brute et 7,5 % de  matière grasse. Les vaches ont aussi à l’auge du maïs ensilage (1 à 2 kg/j), 1,5 kg de maïs grain, du foin et 2 kg de blé “aliplusé”.

Les vaches sont abattues à 546 kg de moyenne, à des âges très variables.
La plus-value entre le marché et la vente en directe au boucher ? Elle est significative : 50 à 60 centimes d’euros/kg, le prix étant fixé à l’année (le rendement carcasse oscille entre 60 et 65 %).
S.H.

* Fabriqué dans l’Allier, l’additif Aliplus est un conservateur de céréales humides, à base d’urée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui