L'Anjou Agricole 19 février 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Début de la concertation en vue d'une réforme de la fiscalité agricole

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Reuusir - Rychembusch

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire et le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert ont lancé le 16 février une concertation autour d'une réforme de la fiscalité agricole, rapporte la FNSEA dans un communiqué. Emmanuel Macron avait annoncé le 25 janvier « la mise en place d’une épargne de précaution », conduite dans le prochain projet de loi de finances pour être rendue opérationnelle au 1er janvier 2019. Le président souhaitait également « éviter les situations trop fréquentes de surendettement », ajoutant que ces situations sont « parfois encouragées par certains dispositifs fiscaux centrés sur les investissements en machines et matériels ». La FNSEA rappelle ses propositions : « un dispositif d'épargne de précaution ambitieux », une « politique de gestion des risques conduite au niveau national », le soutien des « efforts d'investissement des agriculteurs », « l'adaptation de l'impôt sur les sociétés à l'agriculture », « l'accompagnement de la transmission des exploitations et l'installation », et le soutien à « la diversification et la multifonctionnalité ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui