L'Anjou Agricole 13 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Début de récolte pour Ariane

La 14e campagne de récolte démarre pour la pomme Ariane créée à la fin des années 70 par l’Inra d’Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yves Lespinasse (à droite), ancien chercheur de l’INRA d’Angers, a crée la pomme Ariane en 1979. Les recherches sont aujourd’hui reprises par François Laurens (à gauche).
Yves Lespinasse (à droite), ancien chercheur de l’INRA d’Angers, a crée la pomme Ariane en 1979. Les recherches sont aujourd’hui reprises par François Laurens (à gauche). - © AA

Créée en 1979 par Yves ­Lespinasse, alors chercheur à ­l’Inra d’Angers, la pomme Ariane, résistante à la tavelure, a commencé sa récolte 2016. Pour les 70 ans de l’Inra, ­la société Pomalia, chargée de la promotion de la pomme, multiplie les actions de communication. Cette année Pomalia a notamment établi un partenariat avec l’événement “Tous au restaurant”, tout en mettant l’accent sur leur lien avec l’Inra.


L’Inra en tête d’affiche
« Ariane résulte de plusieurs décénnies de recherche », explique Yves Lespinasse. En effet, si le premier test a été effectué pendant la campagne 1979/1980, la pomme est le fruit de travaux commencés en 1943 dans l’Illinois (Etats-Unis) ayant pour but d’isoler les gènes de la résistance à la tavelure. Au terme de plusieurs années de recherches, de croisements et de tests, Ariane, créée en 1979, est commercialisée en 2002. Depuis, l’Inra continue les recherches sous la houlette de François Laurens, arrivé en 1992 à l’institut. « Aujourd’hui, on essaye de solidifier les résistances, confie le chercheur. Le but est de créer des resistances durables tout en se questionnant sur l’adaptabilité des espèces et variétés aux changements climatiques ». Car comme le dit ­François Laurens « Ariane n’est pas infaillible ».

 

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 14 octobre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui