L'Anjou Agricole 04 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Déclarer les dégâts causés aux cultures

La FDSEA incite les agriculteurs à effectuer des déclarations pour les dégâts commis du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Malgré les précautions, les dégâts causés par les nuisibles peuvent complètement détruire certaines parcelles. L’an dernier, Marc Terrier, agriculteur à Brissac-Quincé avait subi les ravages des pigeons et corbeaux sur cette parcelle de tournesols.
Malgré les précautions, les dégâts causés par les nuisibles peuvent complètement détruire certaines parcelles. L’an dernier, Marc Terrier, agriculteur à Brissac-Quincé avait subi les ravages des pigeons et corbeaux sur cette parcelle de tournesols. - © AA

Chaque année, au niveau départemental le Préfet fixe la liste des espèces “nuisibles”. Celle-ci est établie en fonction d’une liste nationale (ragondin, rat musqué, corneille noire, corbeau freux, pie bavarde, étourneau, fouine, martre et renard) et départementale (pigeon ramier).
Les agriculteurs sont invités à renvoyer à la DDT (Direction départementale des territoires) une déclaration recensant les dégâts causés aux cultures et aux animaux d’élevage (pour des dégâts subis entre le 1er juillet 2015 et le 30 juin 2016). Pour Jacky Terrien, responsable de la section dégâts de gibier à la FDSEA, ces retours de fiches sont essentiels pour chiffrer les dégâts et « maintenir le caractère nuisible des espèces, permettant ainsi de pouvoir intervenir par tir ou piégeage ». Il convient donc de déclarer tous les dégâts, même les plus petits.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 5 août 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aucune étude prouve le caractère cancérogène du glyphosate

a déclaré P. Médevielle, sénateur UDI, suite à une étude sanitaire menée par des sénateurs de l'Opecst, sur le glyphosate

Le chiffre de la semaine
2/3
Des consommateurs avouent un doute sur la composition 100 % bio des produits étiquetés comme tels.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui