L'Anjou Agricole 14 novembre 2019 à 09h00 | Par AA

Déléguée MSA, elle anime le territoire

Blandine Guérin est agricultrice à Bouchemaine, aux portes d’Angers. Depuis 2010, elle est déléguée bénévole à la MSA et se présente pour un nouveau mandat au scrutin de janvier 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Blandine Guérin, 53 ans, est associée avec son mari, son frère et sa belle-sœur, sur la ferme où ses parents exerçaient déjà. L’exploitation produit du lait bio et vend un peu de lait cru en porte-à-porte sur la commune.
Blandine Guérin, 53 ans, est associée avec son mari, son frère et sa belle-sœur, sur la ferme où ses parents exerçaient déjà. L’exploitation produit du lait bio et vend un peu de lait cru en porte-à-porte sur la commune. - © AA

« Je ne connaissais presque rien à la MSA, mais j’étais intéressée pour m’investir. J’ai toujours été attirée par les aspects sociaux, familiaux, de santé ». En 2010, Blandine Guérin a été sollicitée par un administrateur de la MSA pour candidater. Elle est devenue déléguée, pour un premier, puis un deuxième mandat et se présente à nouveau en janvier 2020 aux élections MSA de Maine-et-Loire. 189 postes de délégués titulaires seront à pourvoir lors de ce scrutin.

Etre délégué MSA, en quoi cela consiste ? « Les délégués d’un secteur se retrouvent régulièrement au sein d’un comité local, pour élaborer des projets, explique Blandine Guérin. Le comité local, c’est l’échelon de base de l’organisation démocratique de la MSA. » Ces élus de terrain remplissent un rôle essentiel, souligne l’agricultrice : « la MSA est le deuxième régime de protection sociale en France. Si l’on veut maintenir ce système, qui a notamment comme avantage le guichet unique, il faut se mobiliser. C’est ainsi qu’on sera crédible vis-à-vis des institutions ».

Face à une population de délégués vieillissante, il est nécessaire d’avoir un renouvellement des générations. Enthousiasmée par les deux mandats qu’elle vient de vivre, Blandine Guérin incite les ressortissants à franchir le pas et à s’engager : « ce n’est pas un mandat très prenant au niveau temps et c’est très enrichissant. Pour ma part, j’ai la chance de rencontrer des personnes que je n’aurais pas cotôyées autrement ».

Réseau de veilleurs

En prolongement de ce mandat de délégué, Blandine Guérin a été sollicitée lorsque s’est mis en place le réseau de veilleurs de l’association Réagir (ex association Aide). Depuis 5 ans, elle fait partie du réseau des veilleurs du Grand Angers, qui comprend des agriculteurs et divers professionnels (représentants de Cuma, GDS, centre de gestion, vétérinaire, technicien de coopérative, etc) : « notre rôle est de repérer en amont les personnes en difficultés et parvenir à lancer la discussion afin qu’elles entrent en contact avec Réagir », explique l’agricultrice. Un autre type de bénévolat qui lui tient à cœur de mener à bien également.
S.H

Pour être candidat...

Comment m’y prendre pour être candidat ? Rendez-vous sur le site internet maineetloire.msa.fr pour télécharger la déclaration de candidature correspondant au collège auquel vous appartenez et connaître les modalités de dépôt des candidatures. Votre candidature doit être déposée au plus tard le 19 novembre 2019 (16 h) notamment par envoi postal auprès du Service Elections de la MSA de Maine-et-Loire – 49 938 Angers Cedex 9. Contacts : elections2020@msa49.msa.fr ou 02 41 31 77 99.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui