L'Anjou Agricole 09 novembre 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Démarrage d’une pré-réunion Cop21 pour préparer un éventuel accord

Les ministres d'une soixantaine de pays se sont retrouvés dimanche 8 novembre à Paris pour accélérer les négociations sur un accord mondial en vue de lutter contre le réchauffement de la planète.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Pour réduire le risque d’un échec, comme à la conférence de Copenhague en 2009, il a été décidé de faire venir les dirigeants dès le premier jour, 30 novembre, de la conférence qui se terminera le 11 décembre.

Avant ce grand rendez-vous, la "pré-COP", réunie jusqu’au 10 novembre, devra « trouver le chemin du compromis sur le grand nombre possible de sujets », a déclaré Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, en ouvrant la réunion.

L'accord espéré à la conférence de Paris doit permettre de contenir la hausse du thermomètre mondial sous la barre des +2°C par rapport au niveau pré-industriel. Au-delà de cette limite, les scientifiques prédisent des conséquences dramatiques sur les écosystèmes et les économies comme des inondations à répétition et des sécheresses.

Un rapport de l'ONU a rappelé le 6 novembre l'urgence d'intensifier les efforts : les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, présentés par 146 pays au 1er octobre, aboutiraient à une hausse probable de la température comprise entre +3 et +3,5°C à l'horizon 2100, loin de l'objectif des +2° C.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
"Sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté" selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui