L'Anjou Agricole 24 septembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Démission de Daniel Picart, président du Marché du porc breton

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Le Marché du porc breton (MPB), à Plérin, a de nouveau fait l’objet de vives tensions le 24 septembre. Deux acheteurs, Bernard et Aberra, se sont retirés du marché et la cotation a été annulée pour être reportée au lendemain. Le président du MPB, Daniel Picard, a annoncé parallèlement qu’il quittait son poste, expliquant dans sa lettre de démission avoir été poussé vers la sortie à la demande de Bigard et Cooperl, les abatteurs qui ont quitté le marché en août, rapporte l’AFP. Le conseil d’administration du MPB a désigné à sa succession le vice-président, François Pot. Le matin, la section porcine de l'UGPVB (Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne) avait décidé quant à elle de renoncer à l’objectif de 1,40 €/kg, fixé lors de la table-ronde de la filière porcine en juin dernier. « On souhaite que le marché refonctionne normalement. Si on continue dans cette voie, il n'y aura plus de marché, les opérateurs n'y viendront plus », a déclaré à l’AFP le président de l’UGPVB, Michel Bloc'h, pour justifier cette décision. La veille, le cours du porc allemand avait chuté de 6 centimes, ce qui a contribué aux tensions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui