L'Anjou Agricole 07 février 2019 a 11h00 | Par AA

Démonstration de destruction de couverts le 5 mars

Quatre étudiants de l’ésa organisent une journée de démonstration de destruction de couverts le 5 mars prochain, à laquelle votre journal l’Anjou agricole s’associe.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
De gauche à droite : Dorian Goislard, Bastien Beslot, Maxime Lalanne et Simon Hameau.
De gauche à droite : Dorian Goislard, Bastien Beslot, Maxime Lalanne et Simon Hameau. - © AA

"Nous sommes tous les 4 étudiants en BTS agronomie et productions végétales. Dans le cadre de notre cursus, nous devons réaliser un projet Pic (projet d’initiative et de communication)" explique Simon Hameau.

Le groupe a commencé ses investigations dès le mois de septembre, démarchant des marques et des concessionnaires ciblés selon leur projet.

Une dizaine de concessionnaires qui viendront promouvoir leur marque lors de la journée du 5 mars au Noyer vert (Vernantes).

Plus d'informations sur la page Facebook "démonstrations destructions de couverts végétaux, conférences".

N.B.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.