L'Anjou Agricole 02 juillet 2020 a 14h00 | Par AA

Denis Laizé, nouveau président de la Chambre d’agriculture 49

A la tête de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire, Denis Laizé est désormais le plus jeune président de la Chambre d’agriculture de France.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Denis Laizé a été élu à une large majorité président de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire, mercredi 1er juillet, lors de la dernière session chambre.
Denis Laizé a été élu à une large majorité président de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire, mercredi 1er juillet, lors de la dernière session chambre. - © AA
Denis Laizé a été élu président de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire lors de la session Chambre du 1er juillet. Il succède à François Beaupère*.
A 37 ans, il devient le plus le jeune président de Chambre d’agriculture de France. Dans son allocution, mercredi 1er juillet, l’agriculteur de La Bohalle a exprimé sa « fierté de porter les valeurs du collectif et de la solidarité pour défendre une agriculture diversifiée. » Conscient du « nouveau challenge » qui s’ouvre à lui, il souhaite aussi s’appuyer sur l’équipe déjà en place.
L’engagement fait partie intégrante de son parcours. Que ce soit au niveau de collectivité, du syndicalisme ou d’organisations professionnelles agricoles.
Avec un nombre d’agriculteurs en baisse, le nouveau président de la Chambre  estime primordial que « les agriculteurs soient structurés pour être représentés, s’exprimer, se défendre et porter leurs solutions. » Et d’ajouter : « il nous faudra savoir faire évoluer nos structures agricoles pour gagner en efficacité. »
Selon lui, l’échelon départemental demeure un maillon essentiel dans un contexte de régionalisation. « La Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire est un interlocuteur de premier plan encore aujourd’hui avec les collectivités locales et l’administration, rappelle le jeune homme. Les sessions départementales sont des lieux d’échanges, de débats et de partage. »
Le changement climatique est une des problématiques auxquelles vont devoir faire face les agriculteurs. « La Chambre d’agriculture doit pouvoir proposer des solutions et accompagner les agriculteurs ».  La preuve en est avec sa stratégie de mandature "Eau et agriculture" signée en janvier dernier. L’agronomie, chère à Denis Laizé, lui semble aussi une piste prioritaire. « En se réappropriant encore plus les questions agronomiques, on répondra à bon nombre d’enjeux environnementaux, réglementaires et économiques. » Autre sujet qui tient à cœur du nouveau président : le lien entre agriculture et société.
« Notre agriculture est à l’écoute des demandes des citoyens. Mais la société doit aussi prendre en considération nos contraintes économiques. L’agriculture évolue, lentement peut-être mais le temps agricole n’est pas le temps politique et médiatique. »
Avec la moitié des agriculteurs du département âgée de plus de 50 ans , « le renouvellement des générations est un enjeu de taille pour la Chambre d’agriculture ».


* Suite au décès de Claude Cochonneau, François Beaupère a été élu président de la Chambre régionale d’agriculture. Il a décidé de quitter ses fonctions à la tête de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.