L'Anjou Agricole 15 novembre 2018 à 17h00 | Par AA

Denis Laizé : “ redonner ses lettres de noblesse à l’agronomie ”

Denis Laizé, 35 ans, se présente pour un 2ème mandat à la Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, sur la liste FDSEA-JA. L’agriculteur de La Bohalle (Loire-Authion) veut poursuivre son travail sur l’agronomie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Denis Laizé.
Denis Laizé. - © AA

Professionnel, syndical, local : l’engagement a toujours été naturel pour Denis Laizé, l’actuel benjamin des élus de la Chambre d’agriculture. L’agriculteur de la Vallée a commencé par s’impliquer dans la vie publique dès 2008, à 25 ans, pour un mandat de conseiller municipal, et a siégé au Sage Authion. En 2012,  il a été amené à prendre la présidence du syndicat d’irrigation  intercommunal du Val d’Authion (Siiva).
« Ces mandats m’ont mis le pied à l’étrier », assure-t-il. Sur le plan syndical, il est entré en 2012 dans le conseil d’administration départemental de Jeunes agriculteurs puis au bureau. Il est actuellement vice-président de JA 49 où il s’occupe notamment de formation.

" Cultiver l'autonomie de décision des agriculteurs "

Elu à la Chambre d’agriculture depuis 2013, Denis Laizé s’est surtout engagé sur les questions d’agronomie et de biodiversité. En cette matière, il est très impliqué dans le réseau Arbre* dont sa ferme fait d’ailleurs partie, avec l’ambition de « réconcilier l’idée de production et de prise en compte de la biodiversité ».
Quant à l’agronomie, elle a toujours fait partie de  ses priorités. « Je souhaite redonner ses lettres de noblesse à l’agronomie », résume celui qui a initié, avec son collègue du Baugeois Valéry Lebouc, l’antenne 49 de l’association Base, fer de lance de l’agriculture de conservation. Avec la régionalisation des chambres, Denis Laizé est devenu référent agronomie au niveau régional. L’équipe régionalisée compte entre 80 et 90 agronomes sur 4 départements, dont les missions vont de l’accompagnement réglementaire jusqu’à l’innovation-recherche-développement. « Depuis quelques années, la Chambre a renforcé les compétences sur le sol et l’agriculture de conservation », se réjouit l’agriculteur.
En filigrane, il y a toujours chez Denis Laizé l’idée de mettre à disposition des clés de compréhension pour aider les agriculteur à effectuer des choix éclairés : « je ne conçois pas une action Chambre “à la place” des agriculteurs. C’est à chacun de s’approprier les outils », souligne le jeune élu. « Cultiver l’autonomie de décision des agriculteurs » est bien son leitmotiv.


*Agriculteurs respectueux de la biodiversité et des richesses de l’environnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui