L'Anjou Agricole 28 août 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Dépôt de demande ATR dès le 4 septembre 2017 sous télépac

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aucun formulaire papier ne peut être transmis à la DDT. La déclaration est exclusivement dématérialisée.
Aucun formulaire papier ne peut être transmis à la DDT. La déclaration est exclusivement dématérialisée. - © AA

Sans attendre la fin d’instruction des aides de la PAC 2017, un apport de trésorerie remboursable pourra être versé à partir du 16 octobre aux agriculteurs ayant demandé des aides de la PAC en 2017.
Pour en bénéficier, chaque agriculteur, qu'il ait ou non bénéficié antérieurement d'une ATR, doit renseigner, dès le 4 septembre prochain, un onglet dédié à cette demande d’apport sous Télépac.
Aucun formulaire papier ne peut être transmis à la DDT. La déclaration est exclusivement dématérialisée.
Les intérêts de l’apport de trésorerie seront intégralement financés par l’État ; son coût sera donc nul pour les agriculteurs bénéficiaires.
Cet apport a pour objectif de soutenir la trésorerie des exploitations, en attendant le versement définitif des aides Pac 2017 qui n’interviendra qu’en 2018.
Toutes les informations utiles seront disponibles sur www.telepac.agriculture.gouv.fr dès le 4 septembre prochain.
Important : pour pouvoir bénéficier d ‘un versement de l’ATR dès le 16 octobre, la demande devra être saisie avant le 15 septembre. Les dépôts resteront néanmoins possibles jusqu’au 15 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui