L'Anjou Agricole 19 juillet 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Des chantiers bien orchestrés

Les chantiers de castration du maïs ont commencé dans le Maine-et-Loire, à l’instar de l’EARL Les Bas Jubeaux, à Saint-Mathurin, où tout devrait être terminé en fin de semaine prochaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Maïs d’une parcelle de 8 ha de l’EARL Les Bas Jubeaux, après passage des rouleaux.
Maïs d’une parcelle de 8 ha de l’EARL Les Bas Jubeaux, après passage des rouleaux. - © AA

Au sein de l’EARL Les Bas Jubeaux, située à Saint-Mathurin, les semis des variétés femelles ont commencé le 5 mai. « Les mâles sont semés en fonction des femelles, en trois fois, pour optimiser la circulation du pollen et la fécondation », précise Clément Delaunaye, installé au sein de l’exploitation familiale depuis janvier 2017. Sur les 22 ha de maïs à castrer (7 ha supplémentaires ont été semés en stérile), une parcelle de 8 ha a commencé à être castrée le 12 juillet. « Une date de début de castration normale pour cette variété précoce », commente Nicole Delaunaye.

Chaque année, l’EARL recrute des saisonniers, à hauteur d’une personne par hectare. « Nous n’avons en général pas de problème pour trouver de la main-d’œuvre. Cela se fait par bouche à oreille. Le seul souci est de gérer les plannings, puisque les opérations à effectuer peuvent être ponctuelles et parfois peu anticipables », explique Nicole Delaunaye. La castration sera finie en fin de semaine prochaine, le "repassage" perdurera encore quelques jours.

Le secteur de Saint-Mathurin a connu de très fortes précipitations au mois de juin. « Nous avons actuellement eu 540 mm d’eau cette année depuis janvier, en seulement 6 mois, pour une pluviométrie de l’ordre de 600 mm sur 12 mois dans une année "normale" », rappelle Clément Delaunaye. Si les parcelles de maïs de l’EARL n’ont pas été trop durement touchées, ce n’est pas le cas pour d’autres cultures ou sur des parcelles de maïs avoisinantes, plus basses.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.