L'Anjou Agricole 03 mai 2016 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Des dégâts dans les vignes après les gelées printanières

Au Domaine de Brizé, à Martigné-Briand, la succession de gelées au mois d’avril a impacté tout le vignoble. Les rendements seront à la baisse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur la parcelle historiquement gélive du Domaine de Brizé, toute la vigne a été touchée par les gelées du mois d’avril.
Sur la parcelle historiquement gélive du Domaine de Brizé, toute la vigne a été touchée par les gelées du mois d’avril. - © AA

Difficile encore d’estimer l’ampleur des dégâts au Domaine de Brizé, à Martigné-Briand. Les 40 hectares de vigne, situées dans le hameau de Cornu ont tous été exposés aux gelées d’avril. Il est l’un des vignobles les plus touchés dans le secteur « parce que nos parcelles sont 15 à 20 mètres plus bas que celles des autres viticulteurs de Martigné-Briand », explique Didier Vazel, en charge du vignoble au Domaine.

La première gelée sévit le 18 avril. Une température de - 3,5°C à 10 cm du sol est enregistrée à la station météo de Martigné-Briand. Les bourgeons ne supportent pas un tel froid. Une des parcelles du domaine  « historiquement gélive » subit 80 % de dégâts...

Lire l'intégralité du reportage dans l'Ajou agricole du 6 mai 2016.

 

Gros coup dur pour le vignoble

" Ce qu’il y a de particulier cette année, c’est que l’on a enchaîné plusieurs gelées d’affilée. Il n’y a pas eu seulement une nuit de gel », souligne Guillaume Gastaldi, conseiller à l’Association technique viticole (ATV). Des gelées qui ont brûlé les bourgeons sur les parcelles de vigne, laissant déjà entrevoir de grosses baisses de rendement. « Certaines parcelles sont totalement détruites, constate Guillaume Gastaldi. A Montreuil-Bellay, j’ai vu une parcelle de chardonnay détruite à 100 % ». Le vignoble est touché de manière très hétérogène. Certains secteurs géographiques ont particulièrement souffert, comme le Saumurois, notamment sur Saint-Cyr-en-Bourg et Varrains. Mais également les communes de Faye-d’Anjou et Martigné-Briand ou Champ-sur-Layon, où des parcelles sont très endommagées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui