L'Anjou Agricole 30 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

« Des élus et des collaborateurs au service du terrain »

Interview de François Beaupère, président de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La régionalisation des Chambres d’agriculture vise en priorité à renforcer la proximité des services auprès des agriculteurs. Qu’en est-il des élus professionnels ?

François Beaupère : tout d’abord, la session est le reflet de la diversité des 45 élus qui auront bien évidemment encore des missions d’importance au sein des territoires, au côté des agriculteurs angevins. Si la gestion et les orientations budgétaires incomberont demain à la Chambre régionale, les élus du Maine-et-Loire auront toujours la possibilité de mobiliser des enveloppes sur des actions et des partenariats très locaux. C’est important. Lors des trois prochaines sessions à venir d’ici la fin du mandat, les responsables professionnels se saisiront avec leurs homologues des autres départements des sujets qui touchent directement les exploitations agricoles -la réforme de la Pac par exemple-, mais aussi des débats de sociétés et des thématiques plus en lien avec les territoires comme la restauration collective.

Je suis agriculteur dans le Maine-et-Loire, qu’est-ce-que cela va changer pour moi ? Vais-je avoir la même qualité d’accompagnement ?

La réponse aux besoins des agriculteurs a été le leitmotiv de ce projet. Il n’y aura donc pas moins de conseillers et de techniciens sur le terrain. Au contraire, par la réorganisation des services, nous rendons plus efficients la réponse et le conseil de nos collaborateurs auprès des agriculteurs, avec un meilleur rapport qualité/coût de leur accompagnement. On va viser la multiperformance sur les exploitations. Nous n’allons évidemment pas non plus casser ce qui existe et qui marche, comme les groupes d’animations thématiques, mais continuer à aller en ce sens et rendre possible la création de nouveaux groupes pour répondre à une expression actuelle de besoins. Nous souhaitons aussi pouvoir insuffler de nouveaux projets de territoires comme la méthanisation, la gestion de l’eau et bien d’autres... C’est bien là toute l’ambition que nous avons pour ce projet, au travers nos 5 antennes angevines et leurs cellules professionnelles respectives.

Propos recueillis par R.Devaux

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui