L'Anjou Agricole 06 juin 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Des formations adaptées aux réalités du monde agricole

Jeudi 1er juin a eu lieu l’assemblée générale annuelle des Maisons Familiales Rurales. L’occasion de faire le point sur l’année passée tout en évoquant déjà les perspectives d’avenir de la rentrée 2017/2018.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
à gauche, Jean-Luc Charrier, président des MFR du Maine-et-Loire et à droite, Jean-François Diot, directeur des MFR du Maine-et-Loire.
à gauche, Jean-Luc Charrier, président des MFR du Maine-et-Loire et à droite, Jean-François Diot, directeur des MFR du Maine-et-Loire. - © AA

17 maisons familiales rurales (MFR) et 3 centres de formation pour adultes : le Maine-et-Loire est l’un des départements les plus riches en offre de formation rurale. «  Notre rôle est d’orienter les formations vers les secteurs d’activité demandés au niveau local, afin de favoriser l’insertion des jeunes. Chaque MFR est ainsi autonome dans ses choix » rappelle Jean-Luc Charrier, président des MFR Maine-et-Loire. (...) Pour la rentrée 2017/2018, une reprise en formation horticole, notamment en maraichage, semble s’amorcer.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 9 juin 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui