L'Anjou Agricole 10 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Des formations d’excellence au Cadre Noir

L’école supérieure du cheval et de l’équitation (ESCE) - site de Saumur* ouvrait ses portes au public lundi 7 novembre, au Cadre Noir. Visite dans les coulisses de ce site d’exception.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans l’écurie “prestige”, celle des chevaux des cadres de l’école, cavaliers et enseignants. Elle abrite les sauteurs et chevaux de manège qui participent aux présentations et galas du Cadre Noir.
Dans l’écurie “prestige”, celle des chevaux des cadres de l’école, cavaliers et enseignants. Elle abrite les sauteurs et chevaux de manège qui participent aux présentations et galas du Cadre Noir. - © AA

Dix stagiaires sont sélectionnés chaque année pour suivre la formation initiale de l’ESCE, dans le site prestigieux du Cadre Noir de Saumur. Parmi ces rares recrues (99 % sont des filles), Charlène Guillen et Célia ­Delagrange, se sont faites, pour les portes ouvertes du 7 novembre, les  ambassadrices de l’école auprès d’un public curieux. L’occasion de pénétrer dans quelques-unes des nombreuses infrastructures du site qui s’étend sur pas moins de 300 hectares, avec des écuries, des manèges, des carrières, des pistes de galop. 
Le Cadre Noir abrite plus de 300 chevaux qui sont l’objet de soins attentifs. Trois vétérinaires sont employés sur le site, où des rondes sont effectuées chaque matin. Le site est équipé d’une clinique vétérinaire avec salle de radiographie, un bloc opératoire, et un bloc de quarantaine. Une équipe de palefreniers soigneurs, qui travaille en étroite collaboration avec les stagiaires, les vétérinaires et les écuyers, est aussi employée auprès des chevaux.

 

 

La suite de l'article dans l'Anjou agricole du 11 novembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aller chercher la vérité pour protéger les agriculteurs

a réclamé la députée LREM, Martine Leguille-Balloy, qui a demandé la création d’une commission d’enquête sur l’agribashing.

Le chiffre de la semaine
37 millions
Ce sont le nombre de tonnes de blé tendre de la récolte française selon la dernière estimation du ministère de l’Agriculture. Soit une progression de 8,5 % sur la précédente et de 3,6 % sur la moyenne 2014/2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui