L'Anjou Agricole 11 septembre 2019 à 09h00 | Par AA

Des jersiaises à un niveau international

Festi'élevage a mis à l'honneur la race jersiaise, samedi 7 et dimanche 8 septembre. Pour la 3e fois, le concours national s'est déroulé au théâtre foirail à Chemillé-en-Anjou (Maine-et-Loire).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La famille Léger Gaec la Limonière) fière avec la grande championne du concours national de la race jersiaise, Ironie.
La famille Léger Gaec la Limonière) fière avec la grande championne du concours national de la race jersiaise, Ironie. - © AA

77 vaches, 25 génisses. Les jersiaises étaient en nombre ce week-end au concours national de la race à Festi'élevage. « On a réussi à accueillir des jersiaises de toute la France », se réjouit Pierre-Yves Léger, président de l'association des éleveurs de jersiaises du Maine-et-Loire. 7 régions étaient présentes : Hauts-de-France, Normandie,
Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre Val de Loire, Grand Est et Auvergne - Rhône Alpes. Preuve de leur grand nombre : 17 élevages participaient au prix d'élevage.
« C'est un record ! Aucun national dans le Monde n'avait atteint ce nombre », ajoute, ravi, le président de l'association angevine.

Une race en progression depuis 10 ans
Les participants n'ont pas à rougir de leur prestation. Dès le début du concours, le juge Peter Larson a félicité les éleveurs pour la qualité de leurs animaux. Il a fait le déplacement du Danemark pour l'occasion. La jersiaise, il en connaît un rayon. Le responsable du schéma de sélection jersiais chez Viking Genetics juge la race partout dans le Monde : Afrique du Sud, Italie, Irlande, Etats-Unis...  C'était son 2e déplacement en Anjou. Le dernier datait de 2009. «  En 10 ans, il y a vraiment  eu une évolution en France. Les jersiaises françaises se sont uniformisées. Elles ont atteint le standard international. »
Avec 25 % de l'effectif de la race dans le Maine-et-Loire, les Angevins ont particulièrement brillé lors du concours : grande championne, meilleure mamelle, prix d'élevage, reine des jersiaises, championnat adulte.... La grande championne - « l'ambassadrice de la race », comme le note le Danois - est angevine : Ironie, du Gaec la Limonière à Vezins. Fille de DJ May, à 6 ans, la vache est en 4e lactation. Pourtant, à sa morphologie, « on dirait qu'elle n'a fait que 2 veaux », s'étonne le juge. Selon lui, cette vache est parfaite partout. « Parfaite dans ses membres, dans sa mamelle... » Ironie avait déjà remporté l'an dernier au départemental les prix de championnat jeune et  de meilleure mamelle jeune.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui