L'Anjou Agricole 21 décembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Des médecines complémentaires pour ses chèvres

Élevage Conseil Loire Anjou a organisé ses Rendez-vous de l’élevage caprin, jeudi 14 décembre à l’EARL des Gouffreries à Cossé-d’Anjou (49). Cette exploitation met en oeuvre depuis peu les médecines complémentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’éleveuse Charlène Erpelding s’est constitué toute une pharmacie de médicaments homéopathiques, d’huiles essentielles et de plantes qu’elle administre aux animaux en fonction de leurs besoins
L’éleveuse Charlène Erpelding s’est constitué toute une pharmacie de médicaments homéopathiques, d’huiles essentielles et de plantes qu’elle administre aux animaux en fonction de leurs besoins - © AA

Mieux maîtriser la santé du troupeau et les frais vétérinaires, réduire la consommation d’antibiotiques dans l’optique du plan Ecoantibio : à cet effet, l’EARL des Gouffreries a commencé à utiliser des médecines complémentaires. L’éleveuse Charlène Erpelding, associée à son conjoint Vincent Bouet, a suivi une formation avec le groupe de progrès caprin de la Chambre d’agriculture et s’est lancée il y a 1 an. Elle expérimente l’aromathérapie, l’homéopathie et la phytothérapie.

En aromathérapie, les huiles essentielles sont utilisées pour lutter contre la douleur au moment de l’écornage. De l’huile essentielle de clou de girofle pure sur le nerf cornual, agissant comme anesthésiant local avant l’écornage. Puis de l’huile essentielle de tea tree et de ciste pure, sur le bourgeon brûlé, agit comme un antiseptique local. « Il faut utiliser les huiles essentielles avec beaucoup de précaution, les diluer dans une huile ou de la parafine », souligne l’éleveuse...

Lire la suite dans l'Anjou agricole du 22 décembre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.