L'Anjou Agricole 05 février 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Des périodes d’agnelage bien calées

Les associés du Gaec du Pontron, au Louroux-Béconnais, élèvent un cheptel de 900 brebis, à deux. Pour gérer la charge de travail, ils ont mis en place une organisation très pointue de la reproduction et des agnelages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eric et David Rouillère, associés du Gaec du Pontron au Louroux-Béconnais.
Eric et David Rouillère, associés du Gaec du Pontron au Louroux-Béconnais. - © AA

30 naissances en une seule journée la semaine dernière... Les associés du Gaec du Pontron, éleveurs de brebis de race suffolk, sont dans une période intense d’agnelage. Ils ont tout de même pris le temps d’accueillir, jeudi 1er février, les participants à l’assemblée générale de Festi’élevage. Eric et David Rouillère élèvent 900 brebis, sur une surface de 115 hectares intégralement en prairies naturelles. Depuis 2010, tous les agneaux sont élevés en bergerie, de leur naissance à la vente. Les éleveurs se sont équipés d’un nouveau bâtiment pour faire face à la charge de travail au départ en retraite de leur père. Auparavant, des agneaux étaient élevés en partie en plein air...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 9 février 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui