L'Anjou Agricole 11 janvier 2018 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Des petits fruits qui ont de l'avenir

Ludovic Rolandeau est passionné. Par la culture des fruits rouges pleine terre, mais surtout par le goût. C’est cet objectif du haut de gamme qui l’a conduit à étendre son activité aux produits transformés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Maison Rolandeau développe des gammes de produits transformés, dont les confitures, depuis 2017.
Maison Rolandeau développe des gammes de produits transformés, dont les confitures, depuis 2017. - © AA

« Le cœur historique de mon activité, c’est la production de fruits rouges ». Ainsi s’introduit Ludovic Rolandeau, producteur installé au Puiset-Doré en SAS depuis le 1er avril 2017. Auparavant en Gaec avec son père, Ludovic Rolandeau a souhaité poursuivre la production de l’exploitation familiale. « C’est un choix volontaire de ne pas être en hors sol. Nous travaillons en agriculture raisonnée et nous sommes parmi les seuls à produire en pleine terre ». Une démarche qui a du sens quand on sait que la qualité du produit, l’authenticité de son goût et la destination haut de gamme des fruits guident les choix de l’agriculteur. (...) « Depuis 2 ans, je développe aussi d’autres marchés. Un réseau de boulangeries locales dans un rayon de 30 km et des pâtisseries haut de gamme ». (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 12 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui