L'Anjou Agricole 07 janvier 2021 a 12h00 | Par AA

Des serres made in France en Anjou

Fondée en 1986 par un agriculteur de Saint-Georges-des-Gardes, l’entreprise Serres JRC est depuis bien implantée dans l’Ouest de la France. Elle propose des solutions de serres à couverture plastique pour le maraîchage, mais également en horticulture, en élevage ou en arboriculture.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Aujourd’hui, JRC c’est une équipe de 60 personnes, allant de l’étude de projet au montage, en passant par l’usinage, spécialisée dans les serres plastiques.
Aujourd’hui, JRC c’est une équipe de 60 personnes, allant de l’étude de projet au montage, en passant par l’usinage, spécialisée dans les serres plastiques. - © AA

A quoi cela tient, une création d’entreprise ? Pour Serres JRC, à deux hivers rigoureux : en 1983 et 1984. Jean-René Cesbron (JRC) est alors jeune producteur de kiwis et il décide de couvrir une partie de son verger de film plastique fixé sur des arceaux métalliques. L’entreprise est créée en 1986 et n’a cessé de se développer depuis, principalement dans la région Pays de la Loire, en Bretagne et dans le Nord-Ouest de la France.

Simple et économique
Aujourd’hui, JRC c’est une équipe de 60 personnes, allant de l’étude de projet au montage, en passant par l’usinage, spécialisée dans les serres plastiques. Des serres et abris clés en mains, en élevage, arboriculture, maraîchage (80 % du chiffre d’affaires), ou encore en horticulture. Basée à Saint-Georges-des-Gardes, l’entreprise a installé plusieurs centaines d’hectares de serres dans l’Ouest du pays. « Le leitmotiv de l’entreprise, c’est de proposer des structures simples, économiques et rationnelles. Pour se faire, nous montons nous-même les structures », dévoile Bertrand Lechat, commercial et associé au sein de JRC. Ainsi, le montage est optimisé en réalisant le maximum à l’usine, qui s’étend sur 8 000 m2. Le montage, qui dure de quelques semaines à plusieurs mois, en fonction des projets, est réalisé à l’aide d’outils conçus par une filiale de l’entreprise. « On favorise des serres simples, pour des produits de pleine terre et de saison, en protégeant naturellement des aléas climatiques », témoigne Bertrand Lechat.

Vers une meilleure intégration dans le paysage
Si le marché de la serre est en pleine expansion, la pression environnementale est très forte sur ces constructions. Les serres souffrent d’une mauvaise image, il est donc nécessaire de prendre en compte l’environnement proche pour mieux intégrer ces nouvelles constructions.
Les serres présentent cependant une réelle solution à la protection de cultures :
« Elle permet de créer un micro-climat propice au développement des cultures. Cela diminue fortement l’IFT, le lessivage des sols et protège des aléas climatiques. Il faut redorer le blason de la production sous serre. Nous nous y engageons avec des films plastiques qui durent plus longtemps, en proposant des produits innovants comme des filets d’ombrage… », détaille Bertrand Lechat. Au-delà de l’aspect environnemental, les conditions de travail sont bien plus agréables dans une serre. « La serre permet de faciliter le métier d’agriculteur, mais également de pérenniser des emplois agricoles car les conditions de travail sont meilleures qu’en plein vent, les salariés restent », témoigne Philippe Rochard, directeur de JRC. L’entreprise, consciente du potentiel de développement des serres, a lancé une nouvelle filiale au début de l’année : JRC Solaire, qui installera des solutions photovoltaïques sur serres et abris.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.